Les fondements scripturaux de la musique moderne

Les fondements scripturaux de la musique moderne 

Édouard Batiste, 50 tableaux-types résumant les difficultés vocales et rhythmiques de lecture musicale. Atlas du Petit solfège théorique et pratique de Edouard Batiste, Paris, Heugel, 1865, 19ème tableau.

Responsable(s)

2011 - 2013

Résumé du projet

Ce projet s’est efforcé d’éclairer d’une façon inédite l’interprétation de la musique savante du XIXe siècle à nos jours en travaillant sur la place centrale de l’écriture dans l’exécution et plus précisément sur la question de la lecture de la partition et sur celle de la production des textes musicaux. L’écriture de la musique savante occidentale est, en effet, le plus souvent abordée en terme de notation. Vision partielle puisqu’elle délaisse ce qui constitue la chair de la pratique musicale : la mise en forme de partitions d’une part, et leur appropriation par la lecture de l’autre, actes datés et localisés. Depuis le XIXe siècle, la multiplication des partitions imprimées (qui indiquaient toujours plus précisément les gestes musiciens) et le renforcement de la position centrale de l’auteur (dont il s’est de plus en plus agi de restituer les volontés supérieures) ont mis la question de l’écriture au centre des savoir-faire musicaux. Ce projet a étudié l’ensemble de la chaîne de production et d’usage des signes musicaux (des compositeurs et des historiens-éditeurs des œuvres du répertoire aux instrumentistes et chanteurs lecteurs et interprètes de ces textes) afin d’expliciter des pratiques quotidiennes pour les musiciens mais qui sont rarement envisagées dans leur dimension historique.

Publications

Rémy CAMPOS, « The Founding of French musicology. Looking around Pierre Aubry’s workshop (1896-1910) », Zdravko BLAZEKOVIC et Barbara DOBBS MACKENZIE, dir., Music’s Intellectual History, New York, Répertoire International de Littérature Musicale, 2009, pp 291-301.

Rémy CAMPOS, « Paul Scudo contre Richard Wagner : autopsie d’une oreille réactionnaire », Luca SALA, dir., The Legacy of Richard Wagner. Convergences and Dissonances in Aesthetics and Reception, Turnhout, Brepols, 2012, pp 53-75.

Rémy CAMPOS, « Jouer ensemble : une mutation des pratiques orchestrales dans la première moitié du XIXe siècle », Intermédialités. Histoire et théorie des lettres, des arts et des techniques, no 19, 2012, pp 25-44.

Rémy CAMPOS, « De la prise de note à l’analyse des musiques populaires sous la Troisième République », Esteban BUCH, Nicolas DONIN et Laurent FENEYROU, dir., Du Politique en analyse musicale, Paris, Vrin, 2013, pp. 87-102.