Pages

Goût et pratiques de la musique à Genève au XVIIIe

Silhouette d’un violoniste par Jean Huber, XVIIIème siècle.

Responsable(s)

Partenaires & équipe

Corinne WALKER, historienne indépendante

Paolo CORSI, HEM - Genève

Date de début: 2014

Résumé du projet

Au XVIIIe siècle, Genève est une ville riche et cosmopolite. De nombreux indices attestent de la place qu’occupe la musique dans la cité : aménagement d’une salle de concert publique dès 1718, concerts privés, présence de maîtres de musique, de luthiers et de partitions dans les bibliothèques particulières, etc. Provenant de pays et de cultures différentes, les musiciens qui transitent à Genève confrontent leur bagage culturel et leur langage avec les artistes locaux. Ainsi se développe, au cours du siècle, une vie musicale florissante méconnue.

L’étude de fonds d’archives conservées aux Archives d’Etat de Genève, révèle l’importance que la pratique musicale a eue dans les sociabilités urbaines. Elle permet aussi de donner toute leur place aux musiciens, interprètes, professeurs et compositeurs qui ont marqué la vie culturelle d’une ville qui est loin d’être un désert lorsqu’au XIXe siècle sera fondé le Conservatoire.

Cette étude d’archive sera complété par une recherche sur le positionnement de la production des compositeurs genevois dans les courant stylistiques européens au XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle.
Le projet débouchera sur la publication d’une monographie offrant une ouverture sur un pan peu exploré de l’histoire culturelle de Genève, en replaçant dans le contexte du goût et des pratiques musicales des œuvres de compositeurs genevois ou actifs à Genève à des titres divers. La monographie sera accompagnée de deux disques, l’un consacré à la production genevoise de musique de chambre, l’autre à la production symphonique. Cette publication permettra de mieux faire connaître l’extraordinaire univers musical des compositeurs genevois au siècle des Lumières.