Swiss Art Awards 2022: les alumni-ae HEAD à l'honneur

Félicitations à Laure Marvillet et Marta Riniker-Radich, diplômées HEAD – Genève en arts visuels, toutes deux lauréates du Swiss Art Awards 2022 dans la catégorie ART.

La HEAD félicite également le collectif, Wages for Wages Against, composé en partie d'alumni-ae HEAD, qui a remporté le Swiss Art Awards 2022 dans la catégorie CRITIQUE, ÉDITION, EXPOSITION.

La Fondation Kiefer Hablitzel a fait la part belle à la jeune création issue de la HEAD en descernant 5 prix sur 7 à des alumni-ae HEAD – Genève; bravo à James Bantone, Sebastian Davila, Anjesa Dellova, Azize Ferizi et Camille Kaiser!


Marta Riniker-Radich
Marta Riniker-Radich a l’habitude de combiner des dessins avec des textes, des objets et des installations, mêlant des expériences personnelles avec des récits d’actualité plus vastes, comme dans ce cas, où l’on voit l’intrication entre économie globale, marché du travail et instinct de survie au sein d’un paysage urbain toujours plus aliénant. Ici, le riche répertoire des éléments qui ont fait la notoriété de l’artiste nous donne des indices : des intérieurs moisis, des livres consacrés à la dermatite professionnelle, des instruments rudimentaires, le premier stade d’une hémorragie sous-conjonctivale. Les dessins ont une surface charnue et lisse, et le papier a également conservé les traces d’humidité laissées par la main de l’artiste. Marta Riniker-Radich a convaincu le jury par sa capacité à mettre en scène un récit riche, complexe et captivant, à la fois inquiétant, humoristique et ambigu. Avec une grande précision et une économie de moyens, Riniker-Radich nous invite à suivre ses pas dans les ruelles de notre existence précaire.

Laure Marville
L’installation de Laure Marville A Single Egg Can Be My Shelter occupe tout l’espace du sol au plafond, évoquant aussi bien le papier peint qui tapisse l’espace domestique que la paroi d’affichage qui se déploie dans l’espace urbain. À la répétition sérielle de certains motifs ou slogans permise par la technique de la linogravure se superposent des interventions réalisées in situ, qui modulent, rehaussent ou modifient le tissu des significations. Dans les interstices entre des injonctions ou constats réitérés (“BURN YOUR BOYFRIEND” ; “I WILL DO IT ANYWAY”) se glissent des phrases individuelles (“A single feather can be my poem; Beginning to love the abyss I am made of”), notes ou citations qui ouvrent l’espace de la revendication collective à l’écoute de voix singulières. Par l’attribution de ce Prix suisse d’art, le jury salue la qualité d’un travail engagé et d’une grande virtuosité qui utilise et détourne les conventions et les codes visuels et langagiers et qui, par cette technique du montage, crée de nouvelles « étincelles de significations » pour élargir la pensée sans abandonner le plaisir des yeux.

Wages for Wages Against
Fondé en 2017, le collectif Wages for Wages Against a mis sur pied des expositions, des discussions de groupe, des enquêtes qui ont toutes pour but d’examiner la rémunération des artistes en Suisse. Avec How do we choose our artists?, le collectif élargit son champ d’investigation au fonctionnement des jurys et propose d’utiliser les Swiss Art Awards comme un « think tank », de façon à rendre transparents les processus et à mener avec les artistes, les membres du jury, les collaborateurs de l’OFC et le public une réflexion commune sur les alternatives possibles. Les résultats de ce projet, qui comprend une enquête, un lieu de réunion et des discussions de groupe feront l’objet d’une publication plurilingue et ont pour objectif de provoquer des changements au niveau institutionnel.

Voir tous les événements de l’école

Wages for Wages Against
© Wages for Wages Against
L’installation de Laure Marville A Single Egg Can Be My Shelter, Swiss Art Awards 2022
© Guadalupe Ruiz
Marta Riniker-Radich, Swiss Art Awards 2022
© Guadalupe Ruiz
La Fondation Kiefer Hablitzel
© James Bantone, Sebastian Davila, Anjesa Dellova, Azize Ferizi et Camille Kaiser