L’homme libre – avec IA, 2019
© HEAD – Genève
L’homme libre – avec IA, 2019
© HEAD – Genève
ƒ entre les degrés de l’organique
© HEAD – Genève
ƒ entre les degrés de l’organique
© HEAD – Genève
ƒ entre les degrés de l’organique
© HEAD – Genève
Jouer à être humain. Entre IA, vie animale et végétale : une expérimentation artistique et philosophique.
© HEAD – Genève

Plessner transposé. Entre anthropologie philosophique et vidéo : l’acteur « excentré ».

Octobre 2018 - Août 2021

Institution requérante: HEAD – Genève
Requérant et chef de projet: Frank Westermeyer
Equipe: Frank Westermeyer, David Zerbib (HEAD – Genève), Sylvie Boisseau
Financement: HES-SOHEAD – Genève

Ce projet de recherche artistique consiste en une investigation du potentiel de transposition vidéographique des théories anthropologiques d'Helmuth Plessner (1892-1985). Son concept original de «positionnalité excentrique (idée que le propre de l'humain est un certain rapport d’excentrement vis-à-vis de son corps vivant et spatialisé) ainsi que son anthropologie de l’acteur (idée que dans ce rapport d’excentrement tout humain est comme dans l’exercice d’un rôle théâtral), sont mis à l'épreuve de situations filmiques, afin d’explorer les figures expérimentales d'un personnage qui n’aurait pour rôle que celui d’être humain.

Publication :
Jouer à être humain. Entre IA, vie animale et végétale : une expérimentation artistique et philosophique.


Coédition HEAD - Genève et NAIMA, Berlin, 09. 2021.
Cet e-book qui donne accès aux deux vidéos et au texte issus d’une recherche conduite à travers une collaboration très étroite entre les deux artistes Sylvie Boisseau et Frank Westermeyer, et le philosophe David Zerbib, propose une relecture vidéo-philosophique de l’œuvre d’Helmuth Plessner. Dans son anthropologie philosophique, celui-ci définit l’homme à travers son appartenance au vivant, en tant qu’être organique, sur le même plan que la plante ou l’animal. Cette approche philosophique permet de produire des outils théoriques pertinents qui ouvrent des perspectives originales pour penser la crise de l’anthropocentrisme en redéfinissant la place et les capacités de l’humain dans son rapport au non-humain, qu’il soit vivant ou technologique. L’oeuvre d’Helmuth  Plessner est ici activée de façon expérimentale. On y explore de nouvelles hypothèses par le jeu, en les soumettant à l’épreuve de l’image et du regard

Vidéo :
Boisseau & Westermeyer, Der Freie Mensch - mit KI, (l'homme libre - avec IA), Allemagne/ Suisse, 2019.

L'humain questionne - la machine lui répond, est le dispositif de départ auquel Boisseau & Westermeyer confrontent f , leur personnage principal. Que se passe-t-il quand le contenu de l'information est optimisé et son accès permanent et illimité? L'algorithme le connait-il mieux que lui-même ? La personnalité de f est-elle encore décelable? Le regard qu'il porte sur lui-même est-il toujours le sien, ou est-il devenu celui d' un algorithme ? Ses aspirations lui sont-elles propres ou a-t-il déjà intériorisé l'algorithme ? Les questionnements de l'Homme libre - avec IA, semblent ne pas connaitre de limites, mais que se passe-t-il lorsque toute incertitude est levée ?

Vidéo :
Boisseau & Westermeyer, f zwischen den Stufen des Organischen, (f entre les degrés de l'organique), Allemagne/ Suisse, 2021.

f se lasse des possibilités offertes par sa voiture hyper intelligente. Il ne souhaite plus recourir aux améliorations technologiques qui lui promettent un affranchissement des limites de son corps. Pourrait-il faire une nouvelle expérience de lui-même s'il incarnait tour à tour chacun des degrés de l'organique, celui de l'animal et celui de la plante ? Mû par ce questionnement, il s'enhardit et décide d'appréhender le monde du point de vue d' un quadrupède, et depuis la position immobile de la plante.

Texte :
David Zerbib, « L’humain, le chien, le robot et le nénuphar.

Anthropologie philosophique et esthétique du cas f », 2021.
Comment l’expérimentation vidéographique permet-elle d’actualiser les concepts de Plessner, et comment ceux-ci ouvrent-il en retour des pistes face non seulement aux enjeux artistiques soulevés par la figure de f, mais aussi face aux défis anthropologiques et écologiques liés à la crise de l’anthropocentrisme ? Retraçant le déploiement de la problématique de f, explicitant les théories plessnériennes, comparant le cas f à d’autres figures artistiques et philosophiques traitant du rapport de l’humain au non-humain, proposant des outils d’analyse comme celui de « champ positionnel », ce texte cherche à élaborer les conditions d’une esthétique anthropo-excentrique.   

 

Voir tous les projets de recherche
 

 

Voir tous les projets de l'école