Robert Hainard, du paradis perdu… à la renaissance?