Nouvelle parution aux Editions IES

Accessibilité et participation sociale

Manon Masse, Geneviève Piérart, Francine Julien-Gauthier, Danièle Wolf

> Plus sur cet ouvrage

Actualités HETS

Les Editions ies au Salon du livre et de la presse de Genève

28 Octobre 2020 - 9h00 - 1 Novembre 2020 - 19h00

Salon du livre en ville | Genève, 28 octobre – 1er novembre 2020
(Non, il ne se tiendra pas à Palexpo)

Cinq tables rondes sont programmées avec le Social en lecture et Le Courrier sur différents sites à Genève : La Réplique (Saint-Gervais), CIC (Grottes), Université de Genève (Uni Mail), Living room (Chêne-Bourg). Chaque table ronde sera précédée de la lecture d’un extrait d’article publié dans La Couleur des jours, en lien avec la thématique discutée. Les lectures seront réalisées par Elisabeth Chardon et Pierre Lipschutz, co-éditeurs de la revue.
Les événements seront relayés sur le site internet du Salon du livre.

 

LE SOCIAL EN LECTURE
Programme de tables rondes et présentations d’ouvrages

La Réplique ­| Théâtre St-Gervais, Rue du Temple 5, 1201 Genève | Mercredi 28 octobre, 18h00

Quelle intégration en Suisse avec un statut précaire ?

Jeunes migrant·e·s en situation juridique précaire, demandeurs d’asile qui se heurtent sans cesse à des entraves, à des accusations d’abus… les réalités de l’accueil en Suisse ont été observées et analysées par une série de chercheuses et chercheurs en sciences sociales qui débattent ensemble des conditions d’intégration en Suisse.

Ouvrages en discussion
Claudio Bolzman, Alexandra Felder et Antonio Fernandez, En Transition. Trajectoires de formation de jeunes migrant·e·s en situation juridique précaire, Editions ies, 2020.
Flora Di Donato, Elodie Garros, Anne Lavanchy, Pascal Mahon et Tania Zittoun, La Fabrique de l’intégration, Antipodes, 2020.
Anne-Cécile Leyvraz, Raphaël Rey, Damian Rosset et Robin Stünzi, Asile et abus. Regards pluridisciplinaires sur un discours dominant, Seismo, 2020.

Intervenant·e·s
Claudio Bolzman, sociologue, spécialiste des questions migratoires, ainsi que des parcours de vie, en particulier des transitions de la jeunesse à la vie adulte, il est professeur honoraire à la Haute école de travail social (HES-SO Genève) et l’auteur de nombreuses publications sur l’exil et l’asile, ainsi que sur les parcours de formation des enfants migrants ou issus de la migration.
Alexandra Felder, psycho-sociologue spécialiste des questions de parcours migratoires, des activités de personnalisation et de formation de personnes migrantes et des jeunes adultes, est chercheure à l’Institut fédéral des hautes études de formation professionnelle (IFFP) à Lausanne.
Anne Lavanchy, docteure en anthropologie – spécialisée en anthropologie politique–, est professeure à la Haute école de travail social (HES-SO Genève). Ses publications portent sur les inégalités structurelles et les rapports sociaux de sexe et de race, l’éthique et la méthodologie.
Pascal Mahon, docteur en droit, est professeur de droit constitutionnel, suisse et comparé à de l’Université de Neuchâtel. Il s’intéresse aux institutions politiques et aux droits fondamentaux de la personne, notamment dans les contextes de migration.
Raphaël Rey est doctorant en sciences humaines et sociales à l’Université de Neuchâtel. Il est également coordinateur de l’Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers (ODAE romand).  

 

Centre intercantonal d’information sur les croyances (CIC) | Rue Jean-J.-De-Sellon 3 | 1201 Genève | Jeudi 29 octobre, 18h30

Quelle place pour la religion dans la sphère publique ?

La pratique d’une religion dans nos sociétés européennes contemporaines suscite rarement le débat tant qu’elle se cantonne à la sphère privée. Que se passe-t-il lorsque les croyances religieuses se manifestent dans l’espace public ? Deux chercheurs ont mené l’enquête : l’un auprès de professionnel·le·s de l’intervention sociale et l’autre à l’école.

Ouvrages en discussion
Andrea Rota, La Religion à l'école. Négociations autour de la présence publique des communautés religieuses, Seismo, 2017.
Daniel Verba, Anthropologie des faits religieux dans l'intervention sociale, Editions ies, 2020.

Intervenant·e·s
Andrea Rota, docteur en lettres, a étudié la science des religions, l’histoire contemporaine et l’anthropologie sociale à l’Université de Fribourg. Il a travaillé à l’Université de Bayreuth et est actuellement professeur assistant en sciences des religions à l’Université de Berne.
Daniel Verba, Chercheur à l’institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux contemporains (CNRS-EHESS-INSERM), il enseigne la sociologie à l’Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité, où il est vice-président délégué aux relations internationales et référent « racisme, antisémitisme et homophobie ». Ses ouvrages et articles les plus récents portent sur les faits religieux et l’application de la laïcité dans les institutions sociales et médico-sociales.

 

Unige | Uni Mail | Boulevard du Pont d’Arve 40, 1205 Genève| salle MS160 | Vendredi 30 octobre, 18h15-20h

A quoi sert la politique sociale ?

Les politiques sociales souffrent aujourd’hui d’un manque chronique de reconnaissance. Pourtant, elles n’ont jamais été aussi actuelles et essentielles, notamment pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire que nous traversons depuis ce printemps. La sortie du Dictionnaire de politique sociale suisse sera l’occasion de débattre de cette question cruciale, et de souligner le vaste périmètre des politiques sociales en Suisse.

Ouvrage présenté
Jean-Michel Bonvin, Valérie Hugentobler, Carlo Knöpflel, Pascal Maeder, Ueli Tecklenburg (dir.), Dictionnaire de politique sociale suisse, Seismo, 2020

Intervenant·e·s
Lisa Mazzone, conseillère aux Etats (à confirmer)
Joëlle Libois, docteure en sciences de l’éducation, est directrice de la Haute école de travail social de (HES-SO Genève). Après une formation initiale en travail social elle s’est spécialisée en analyse du travail. Elle s’intéresse notamment aux dimensions relationnelles et affectives, à la présence à autrui comme fondements de l’activité en travail social.
Blaise Matthey est le directeur général de la FER Genève et membre des comités d’economiesuisse, de l’UPS et de l’USAM. Il a été actif dans des conseils des domaines de la sécurité sociale, de la responsabilité sociale des entreprises et de l’éducation. Docteur en droit et titulaire du brevet d’avocat, il a suivi les programmes de management de l’INSEAD (Paris/Singapour).
Jean-Michel Bonvin est Professeur de sociologie et de politique sociale à l’Institut de démographie et socio-économie (IDESO) de l’Université de Genève. Ses recherches portent sur les transformations contemporaines des politiques sociales et de l’emploi et sur l’innovation organisationnelle dans le secteur public.

Discussion animée par Catherine Erard, journaliste RTS – La Première

 

Living room | 46 chemin de la Mousse, 1225 Chêne-Bourg | Samedi 31 octobre, 11h

Journalistes et enseignant·e·s face à la question de la vérité

Face aux récits contradictoires d’un même évènement, aux manipulations de l’information, aux pressions, les journalistes développent des méthodes et des stratégies. Le doute est leur credo. A l’école, les enseignant·e·s doivent apprendre aux élèves à distinguer les savoirs qui demeurent « ouverts » de ceux qui sont stabilisés et crédibles. Nous invitons ces deux univers à dialoguer.

Ouvrages en discussion
Charles Heimberg, Olivier Maulini, Frédéric Mole (dir.), Le Rapport à la vérité en éducation, SSED – Université de Genève, 2020.
Gilles Labarthe, Mener l’enquête. Récits de légitimation et des pratiques d’investigation de journalistes, Antipodes, 2020.

Intervenant·e·s
Olivier Maulini est professeur associé à l’Université de Genève (Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation) dans le domaine « Analyse du métier d’enseignant ». Il est responsable du Laboratoire de recherche Innovation-Formation-Education (LIFE). Ses recherches portent sur les pratiques pédagogiques et les institutions scolaires, le travail, le métier et la formation des enseignants, le rapport entre les savoirs, école et société.
Gilles Labarthe est doté d’un double parcours de chercheur en ethnologie et de journaliste-reporter, spécialisé dans l’investigation. Après quatre ans passés comme correspondant à Paris pour divers médias suisses, il fonde l’agence de presse indépendante DATAS. Il est également l’auteur de plusieurs livres d’enquête sur les rapports Nord-Sud, l’exploitation et le trafic de matières premières.
Philippe Bach est journaliste au Courrier depuis 1993. Il a régulièrement écrit pour la rubrique suisse et celle locale genevoise, tout en s’intéressant particulièrement aux thématiques de l’écologie et de l’éducation. Corédacteur en chef depuis une année, il avait déjà occupé ce poste à plusieurs reprises auparavant.

 

Living room | 46 chemin de la Mousse, 1225 Chêne-Bourg | dimanche 1er novembre, 16h00

A l’ombre de ma sœur, de mon frère

Lorsqu’un enfant est en souffrance dans une famille – en raison d’un trouble psychique ou quand survient la maladie –, ses frères et sœurs peuvent passer inaperçu·e·s, voire devenir invisibles. Que se passe-t-il pour ces fratries ? Quelle place est laissée à chaque enfant ?

Ouvrages en discussion
Marion Canevascini, Notre frère, Antipodes, 2020.
Chloé Laborde, Les Moutons blancs. Une souffrance invisible, Editions ies, 2020.

Intervenant·e·s
Marion Canevascini, après des études de Lettres à l’Université de Fribourg où elle étudie notamment le rapport entre le texte et l’image, partage son activité entre peinture, écriture, et enseignement.
Chloé Laborde, diplômée en travail social de la Haute école de travail social de Genève, elle est éducatrice spécialisée à l’Office médico-pédagogique auprès d’enfants avec des troubles d’apprentissage, du comportement et/ou relationnels.

 

Lectures
Elisabeth Chardon
, licenciée en lettres de l’Université de Genève, d’abord collaboratrice du Journal de Genève, elle a fait ensuite partie pendant près de vingt ans de la rubrique culturelle du Temps. Passionnée d’arts visuels, elle est cofondatrice et éditrice de La Couleur des jours.
Pierre Lipschutz, graphiste indépendant – spécialisé dans la création éditoriale et le design de presse­ – et éditeur. Il est cofondateur et directeur éditorial de La Couleur des jours.

Contact: 

Marion Schmitz
Editions ies
marion.schmitz@hesge.ch
0223889444

Partenaire(s):