Pages

La vie musicale au Grand Théâtre de Genève

Couverture de l'ouvrage La vie musicale au Grand Théâtre de Genève  © HEM - Genève.

Auteur(s)

  • Richard Cole

Richard COLE, La vie musicale au Grand Théâtre de Genève entre 1879 et 1918, 1999

ISBN: 2-88433-011-9

Résumé

Période injustement négligée, la quarantaine d'années entre l'inauguration d'un nouveau et luxueux opéra à la Place Neuve, et la fondation de l'Orchestre de la Suisse Romande par Ernest Ansermet, fait preuve d'une richesse qui pourrait surprendre. Des compositeurs prestigieux tels que Jules Massenet, Gustave Doret et Edouard Lalo viennent diriger leurs propres ouvrages au Grand Théâtre. L'affiche comporte des noms légendaires comme Galli-Marié (Carmen, Mignon), Jean-Baptiste Faure (Hamlet) et Amalia Materna (La Walkyrie) dans les rôles qu'ils avaient créés. Hérodiade de Massenet, Les Pêcheurs de perles de Bizet, Lohengrin et La Walkyrie de Wagner sont autant d'oeuvres appréciées à Genève avant Paris. Sous l'impulsion de son fondateur, Hugo de Senger, l'Orchestre du Théâtre donne des concerts d'abonnement, dont les programmes font connaître aux Genevois la musique de l'époque, souvent sous la direction des compositeurs eux-mêmes, de Camille Saint-Saëns à Vincent d'Indy, de Piotr Illitch Tchaikovski à Igor Stravinski.
Dès la fin du XIXe siècle, les efforts visant à établir une «école nationale» se reflètent dans les programmes du Grand Théâtre, où sont créés, parmi d'autres, deux opéras d'Emile Jaques-Dalcroze et les oeuvres orchestrales de nombreux compositeurs suisses. Les aléas de la Première Guerre mondiale finiront par avoir raison de cet «âge d'or», avant que l'Orchestre du Théâtre ne s'efface au profit du nouvel ensemble voulu par Ernest Ansermet. Si elle est quelque peu oubliée de nos jours, la vie musicale au Grand Théâtre entre 1879 et 1918 n'en constitue pas moins une étape passionnante sans laquelle on ne saurait imaginer la musique telle qu'elle est aujourd'hui à Genève.