Pages

Oulomenen I : le chant des guerriers

Peinture sur toile (toile de fond de l’Opera dei Pupi sicilienne, Anonyme XIX s., Catania) et gravure de Utagawa Toyokuni III, 1853 )

Responsable(s)

Partners & Team

Alison Mc QUEEN TOKITA, Kyoto City University of Arts, Research Centre for Japanese Traditional Music

Alain PACQUIER, Le Couvent – Centre Culturel Les Rencontres Musicales de Saint Ulrich (Sarrebourg, France)

Toni CASALONGA, Centre de Création Musicale « Voce », (Pigna, France)

Massimiliano DRAGONI, Associazione Ritmi (Assisi, Italie)

Date de début: 2016

Résumé du projet

Les Gunki Monogatari, les grandes épopées héroïques japonaises, se structurent en des vastes narrations poétiques à partir du XIIIe siècle, au moment où en Italie s’affirme la tradition du chant de poèmes chevaleresques en huitain d’hendécasyllabes (Cantari in ottava). L’état de la recherche sur les airs de déclamation en Italie au XVe et XVIe siècles ainsi que sur la déclamation poétique dans la tradition orale italienne contemporaine montrent la persistance d’une structure psalmodique comparable à celle utilisée pour chanter les récits japonais. Le but de la recherche est de travailler sur l’évolution, l’interprétation et la réception de ces formes du XIVe siècle à nos jours. Le projet, conçu avec la Kyoto City University of Arts, confrontera deux expériences très éloignées dans le temps et dans l’espace mais identiques dans leur façon de transmettre des valeurs et des modèles de comportement dont les mécanismes ne sont pas propres aux cultures italienne ou japonaise mais apparaissent comme des données universelles de la communication.

Le projet s’adresse aux interprètes et chercheurs intéressés à approfondir les questions liées à l’évolution et à la transmission du langage musical, ainsi qu’aux liens entre texte et musique. Les compositeurs pourront y trouver des nouveaux concepts à explorer et intégrer dans leur travail. Le projet, divisé en deux périodes de travail, débouchera sur une série de concerts, un colloque et un documentaire destinés à présenter l’état de la recherche à la fin de la première phase qui fait l’objet de cette demande de subsides.