Maria Diaconu

Professeure de Chant

Département vocal - Genève

maria.diaconu@hesge.ch

Portrait

Maria Diaconu, née en Roumanie, fait des études de violons, piano, et chant, à l’Ecole Spécialisée de Musique nr.1, à Bucarest. Elle continue le chant au Conservatoire Ciprian Porumbescu de Bucarest auprès de George Ionescu, Venera Rogozea, Emilia Petrescu et Arta Florescu. Ensuite, elle perfectionne sa technique avec Juliette Bise, Ileanea Cotrubas et Elisabeth Schwarzkopf.

Maria Diaconu a interprété des premiers rôles, comme : Micàela Carmen de Bizet ; Lauretta (Gianni Schichi)- Liu (Turandot) , Musetta/Mimi (La Bohème) de Puccini ; Die Kluge de Janáček ; Antonia (Les Contes D’Hoffmann) d’Offenbach ; Parisina D’Este de Donizetti ; Violetta /Valerie (La Traviata), Amelia (Simone Boccanegra), Desdemona (Otello), le Requiem de Verdi ; Pamina (La Flute Enchantée), La Comtesse (Les nozze di Figaro) - Fiordiligi (Cosi fan tutte), Donna Elvira/Donna Anna (Don Giovanni), La Messe en Ut de Mozart ; Maureen (Opera D’Aran) de G.Bécaud ; Nedda (I Pagliacci) de Leoncavallo ; Margueritte (Faust) de Gounod ; Tatjana (Eugen Onegin) de Tchaïkovski, Rosalinde (Die Fledermaus) de J.Strauss, La Création de Haydn, Le Messie de Händel. Elle a également interprété dans des récitals quelques 300 mélodies et lieder de Schubert, Schumann, Brahms, Strauss, Wolf , Liszt, Mendelssohn, Hindemith, F. Martin, Liebermann, Enescu, Duparc, Fauré, Debussy, R. Hahn, C. Frank, Ravel, Granados, Britten, Berio, Dvorak, Mahler.

Elle se produit d’abord à l’Opéra de Bucarest et du Théâtre Musical Brasov. En1986, elle est engagée à l’Opéra de Berne, Bâle, Bregenz, Berlin, Genève, Tokyo, Nagoya, Monte-Carlo, Viareggio, Florence, Prague, Graz, Klagenfurt, Vienne, Liège, Bruxelles, Renne, Rouan, Nantes, Angers et Paris. Les critiques louent « sa technique maîtrisée, ses couleurs fascinantes, sa musicalité fine et sensible et la légèreté de sa voix lyrique, son timbre de bronze, voix à la palette d’expression infinies, tempérament de tragédienne exceptionnelle. » (Le journal de Genève ).

En 1987, elle remporte quatre prix dans le Concours international de chant du Belvédère de Vienne et le premier prix chant de Genève. En 1989, elle obtient le deuxième prix et le prix de la Mélodie Française de la Ville de Toulouse, ainsi que le premier prix et le Diplôme D’Honneur du Conseil de L’Europe de La Plaine Atlantique en France.

En 1993, elle est engagée comme professeur de chant à la Haute Ecole de Musique de Genève où en 2017, elle est nommée Maître d’enseignement.

Maria Diaconu perfectionne constamment sa compréhension sur la technique vocale lyrique par diverses formations pointues. Elle est très intéressée par les récentes découvertes scientifiques sur la biomécanique du corps humain, de la conscientisation des trois énergies nécessaires au chant lyrique (la voix en trois dimensions), ainsi que par l’utilisation des résonances corporelles et leurs synergies.